4ème histoire, quelques conseils pour lire les I.O

Publié le par A.L

Extraits de la séance de travail du 31/8 (groupe Savier Lamotte)

Piège et erreur courante à éviter : prendre le manuel comme référence prioritaire voire exclusive pour envisager sa progression => tout choix pédagogique doit pouvoir être justifié en référence aux Instructions officielles, il est donc indispensable de s'y référer d'abord.

L'exemple du début du programme de 4ème.

progr4.jpg

On observe que 3 éléments apparents constituent la présentation du programme : les titres (2 niveaux de plan), le commentaire et les références obligatoires. Il faut en rajouter un 4ème, capital : les indications horaires.
Les IO présentent donc d'emblée un travail de mise en équation qui  n'est pas toujours des plus simples, ici en particulier. 
Prenons l'exemple du I.1 : présentation de l'Europe moderne.
6 thèmes sont énoncés, 3 cartes (minimum), 1 repère chronologique, deux références documentaires et non des moindres (Molière, Rembrandt). Le tout à faire tenir en 3 ou 4 heures. (de préférence 3 si l'on choisit d'insister davantage sur une autre sous partie). On ne perdra pas de vue par ailleurs qu'il s'agit d'un niveau de 4ème et que les notions à enseigner sont plutôt complexes pour un début d'année. Il est aussi question de présenter les choses à travers des études documentaires, en intégrant le temps de travail des élèves. 
On l'a compris, vouloir combiner tout ça relève de la mission impossible. 
Il faut donc établir des priorités et opérer des choix.
Le piège récurrent consiste à se laisser embarquer dans un traitement consciencieux et appliqué de chaque terme du commentaire (ex : une ou deux séances par terme clé : "politique", "social", ....etc) Faites le compte : on arriverait à 7 ou 8 heures de cours, indice d'un traitement de programme façon "Waterloo" qui ne s'achéverait qu'en 1815.
L'absolue priorité est donc la prise en compte de l'indication horaire. Une fois établie, il vous reste à faire vos choix, en terme de contenu et de mise en oeuvre pédagogique. La liste des éléments sacrifiés sera bien plus longue que celle des éléments retenus. Mais là commence l'acte denseigner :  savoir ce que l'on va dire et savoir ce que l'on ne va pas dire.
La lecture des IO n'a donc rien de linéaire et n'est pas applicable de façon mécanique ni évidente. Référence indispensable, elle demande une réflexion, une justification de choix pédagogiques en tenant compte prioritairement des indications horaires.  Un vrai jeu de stratégie!

Publié dans Commencer l'année

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article